A première vue tout programmateur de spectacle est idéal pour ma compagnie puisqu'il a décidé de me programmer. Et bien non, ils ne sont pas tous égaux. !

Comment trouver le programmateur de spectacles idéal ?

Trouver le programmateur de spectacle idéal

Les programmateurs ont un compte Facebookun smartphone, et une boîte e-mail !

Et je peux t'assurer qu'ils passent beaucoup plus de temps derrière leur ordinateur qu'à courir après les invitations qu'ils ont reçues ! Ils sont sincères quand ils te disent qu'ils aimeraient bien venir te voir, mais qu'ils ne peuvent pas.... la plupart en tout cas !

Les programmateurs ont besoin de respirer !

Ils ont besoin d'échapper aux centaines de mails d'invitation des compagnies qu'ils reçoivent.

La plupart du temps, ils se foutent pas mal de la sortie de ton prochain spectacle. Ils n'aiment pas les spectacles trop frais. Car ils savent bien qu'un spectacle à besoin de maturité pour prendre toute sa force. Par contre certains adorent suivre la création de certains spectacles. Faut-il encore les identifier.

Connais-tu vraiment leur métier ?

Garde en tête que le choix de la programmation est une toute petite partie de leur travail. Qu'ils ont un tas de problématiques plus importantes à gérer. Ces problématiques dépendent du type de structure où ils travaillent et du type de poste dans lequel ils évoluent !

Je ne dis pas qu'ils se foutent de la programmation quoiqu'il me soit arrivé de rencontrer ce type de programmateurs. Mais il m'est tout autant arrivé de rencontrer des artistes qui se moquent de la qualité de leurs spectacles tant que les spectacles se vendent !

La plupart des programmateurs font ce métier parce qu'ils aiment le spectacle ! Parce qu'ils sont passionnés par le travail des compagnies. S'ils passent leur temps à rédiger des dossiers de financement pour accueillir des résidences et mettre en place des co-productions, c'est par amour de ton boulot !​

Mais ils sont saturés !

Ils ont des problématiques plus urgentes à régler pour pouvoir continuer de nous programmer !​

Les programmateurs vivent des émotions qui sont extrinsèques aux émotions que tu balances dans tes spectacles !

Tu dois impérativement prendre en compte cela dans ta communication ! 

Lorsque tu définis tes cibles ne réfléchis pas uniquement à la force émotionnelle artistique que le programmateur recherche dans tes spectacles. Réfléchis aussi aux problématiques qu'il rencontre dans son métier !

3 piliers essentiels pour vraiment toucher les programmateurs !

Apprends à connaître tes programmateurs !

Pour susciter l’intérêt du programmateur, il te faudra avant tout définir ses problématiques externes. Tu vas devoir comprendre quel est vraiment son métier. C'est un fondement de base du marketing : "L'étude du consommateur.... Brrr... à chier, ce terme !"

Lorsque tu es en prestation ou au téléphone, renseigne-toi. Pose des questions.

Fais preuve d'empathie et laisse ton interlocuteur s'exprimer. Note les phrases les plus percutantes quand tu retournes dans ton camion. Identifie les problématiques qui ont l'air d'être les plus difficiles pour lui.

Et pose-toi toujours la question : comment puis-je l'aider à résoudre ses problèmes? Qu'est-ce que je peux faire pour lui?

Ne vois pas cela comme de la manipulation. Sois sincère dans tes questions et vraiment à l'écoute. Tu seras sûrement surpris de te rendre compte à quel point leur métier est intéressant et complexe. Cela te rendra d'autant plus sincère lorsque tu feras tes remerciements à la fin de ta représentation.

Parce que c'est du boulot ce qu'ils abattent pour nous faire venir jouer ! Une vraie profession de foi !​

Collecte tes données et organise-les ! et je ne te parle pas de fichiers de contacts !

Connaître ses cibles est une chose. Cela te rendra meilleur dans ton métier. Mais utiliser les informations en est une autre. Garde en tête que ton objectif est avant tout de mieux communiquer tes spectacles.

Tu ne dois pas seulement garder les informations dans un coin de ta tête, mais aussi les catégoriser et les classer afin de pouvoir les ressortir au moment où tu en auras besoin.

Ce travail te semblera surement inutile au départ, mais lorsque tu réaliseras tes "campagnes" de communication, ces données deviendront un atout majeur qui te différenciera des autres compagnies et qui accrochera les programmateurs car ils auront compris que tu connais leur métier et que tu es là pour répondre à leurs problématiques.

Exploite tes données et fais fonctionner la réciprocité !

C'est à toi de trouver les meilleures façons d'utiliser ce que tu auras appris. Car il n'y a pas de recette miracle commune à toutes les compagnies et à tous les programmateurs.

Garde en tête que d'une manière ou d'une autre, un programmateur sera plus enclin à te programmer si tu lui as donné quelque chose qui lui a permis de résoudre un problème aussi infime soit-il !

Par exemple : J'ai eu à plusieurs reprises le retour de petites associations que nos contrats étaient lourds à digérer. En effet, nos contrats de cessions étant généralement prévus pour des théâtres et de communautés de communes. La présidente bénévole d'une petite association peut voir dans nos contrats une lourdeur administrative. Mais nous ne pouvons pas y échapper.

J'ai alors créé un contrat de cession spécifique aux petites associations tel que les sous des écoles. Dans lesquels je glissais des pointes d'humour ne posant pas de problèmes juridiquement, mais allégeant la lecture du contrat.

J'ai eu plus tard le retour d'un sou des écoles me disant que ce qui avait fait pencher la balance en notre faveur avait été l'humour que nous avions glissé dans nos contrats !

Ce contrat aurait été un frein pour une communauté de communes, mais un atoût pour une petite association !

Sur internet et dans ta communication, cela peut se traduire par des anecdotes, des offres spécifiques humoristiques, un blog dédié, une page de ton site internet, un mail type qui aidera les programmateurs, une nouvelle, des conseils.....

Tu te rendras vite compte qu'en étant plus à l'écoute de "tes cibles" tu ne manqueras pas d'idées et parfois même tu en auras trop !

Quels sont les canaux pour communiquer tes spectacles !

Les réseaux sociaux ?

Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont le point d'entrée d'une communication globale. Chaque réseau est identifié pour du contenu recherché différent et possèdent des codes différents. Les réseaux sociaux proposent désormais des espaces suffisamment élaborés pour que tu puisse presque te passer d'un site internet. Investir ces espaces correctement n'est pas une chose aisée car, il est très facile d'y perdre du temps.

Considère les réseaux sociaux comme tu aurais considéré tes flys il y a 5 ans. Il faut un petit budget pour se faire voir et avoir réfléchi à un concept accrocheur. Peu de compagnies utilisent correctement les réseaux sociaux, mais cela commence à arriver. Certaines sont capables de faire preuve d'ingéniosité, mais cela ne suffit pas si vous ne ciblez pas votre audience correctement.

​Les smartphones ?

Les gens naviguent de moins en moins sur leur ordinateur et de plus en plus sur leur smartphone. Les jolis sites bien lourds à charger, c'est déjà périmé. Si ton site n'est pas adapté aux mobiles, c'est 60% de visiteurs en moins dans les 2 prochaines années. Ton site doit proposer un contenu riche et ciblé.

Tu peux facilement obtenir un site internet dit "responsive": la plupart des plateformes CMS tel que Weebly et autres le proposent. Si tu décides d'opter pour ce type de solution... Choisis ton template (visuel pré-configuré) en le regardant depuis ton téléphone portable ou ta tablette. Cependant, je ne préconise pas ces solutions-là, car tu n'utiliseras pas ton site internet de la bonne manière et tu t'en tiendrais à la partie émergée de l'iceberg. Opte pour un site WordPress ou Joomla et un hébergement mutualisé. Le travail sera plus long au départ, mais tu seras clairement avantagé par la suite pour toutes tes autres démarches.

La vidéo ?

On regarde de plus en plus de vidéos, mais on ne se donne rarement la peine d'aller à plus de 1m30 de lecture. La plupart du temps sans mettre le son.  Si ton teaser fait 3 minutes, il ne sera pas regardé jusqu'au bout et il sera oublié aussi vite qu'il a été vu.

Désormais, on s'abonne à des chaines YouTube ou des pages Facebook ciblées vidéos.​

Apprends à optimiser tes vidéos en y intégrant des sous-titres visibles pour Facebook et des sous-titres cachés pour YouTube. Car, YouTube utilise ces scripts pour comprendre le contenu des mots-clés à indexer. Il est désormais préférable de créer une petite campagne vidéo composée de plusieurs petites vidéos dont tu feras la promotion sur Facebook et sur YouTube qu'un seul teaser de 5 minutes. 

Les e-mails ? Ceux qui disent qu'ils ne marchent plus sont à l'arrache !

On lit encore nos e-mails, mais si on n'a pas choisi de les recevoir explicitement, ils passent à la trappe immédiatement. La sélection est rude et il faut désormais parvenir à générer le besoin d'être lu pour qu'un mail soit ouvert. Tu peux abandonner la constitution de liste d'e-mails faites à partir de fichiers trouvés sur le web.

Désormais, on s'abonne à une liste pour recevoir quelque chose en échange qui en vaut la peine et qui soit gratuit.

Créez du contenu riche et accessible qui donne envie de donner son e-mail parce qu'on souhaite en avoir plus. Oser prendre le risque de ne donner notre dossier artistique qu'aux personnes inscrites sur son site internet ! Créez des bonus pour son public tel qu'un dossier pédagogique pour enseignants si tu proposes des spectacles éducatifs. Creuse-toi la tête pour apporter du vrai contenu à tes cibles.
Sur ce blog, je t'apprendrai comment rédiger correctement tes e-mails et à automatiser des campagnes réfléchies en fonction de tes spectacles et ciblées en fonction de tes programmateurs.

Google ?

Lorsque l'on tape une recherche sur Google, nous n'allons pas plus loin que les trois premiers résultats et nous n'allons jamais consulter la deuxième page. Nous avons tendance à préférer retaper notre requête. Un dicton de référenceur : "Si tu veux cacher un cadavre, mets le sur la deuxième page des résultats de Google...."

Google est désormais pourvu d'un algorithme qui lui permet d'apprendre tout seul en fonction des habitudes des utilisateurs. Les petites techniques de référencement basées sur la présence dans les annuaires ne servent plus à grand chose. L'important c'est désormais le contenu, le temps passé sur la page, la lisibilité, la popularité, le nombre de partages d'une page, l'accessibilité aux téléphones portables et la vitesse de chargement.... en deux mots : L'expérience utilisateur.

Les mots-clés sont encore valables, mais il faut compter désormais un mot-clé par page pas plus. Et pour être visible, il faut savoir quel mot-clé choisir.

Crée un ou deux blogs sur ton site internet. J'ai bien dit deux blogs, car ​dans le spectacle, on s'adresse au public (BtoC) et aux programmateurs (BtoB). Rédige du contenu riche et ciblé en gardant en tête un mot-clé par page publiée. Lie ces pages vers les pages de tes spectacles dans le contenu et communique ces pages en gardant en tête que ton article doit faire au moins 3000 mots et que tu dois passer autant de temps à le communiquer qu'à l'écrire.

Tu voudrais savoir comment faire tout cela ?

Si cet article t'a plu et que tu souhaites voir un blog comme celui-ci se développer alors partage sur les réseaux sociaux. Car ce qui motive le plus quelqu'un qui écrit, c'est d'être lu !

C'EST A TOI DE PARTICIPER !

16de46cc02b7a5b9ab61365bff322c37]]]]]]]