Comment faire la différence dans le spectacle ?

– Avec Gregory Lagrange de Lifestylers

rss-square
soundcloud
apple

Communiques-tu tes spectacles de la même façon pour tous tes programmateurs ?

Nous discutons dans ce podcast sur le principe de la différenciation de notre compagnie et de nos spectacles d'un point de vue marketing et vente. Parce que communiquer ses spectacles demande une véritable analyse de ses projets artistiques.

Pourquoi écouter cette émission radio :

Pourrais-tu définir le concept de ta compagnie en un seul titre d’e-mail accrocheur ?

Si tes e-mails ne sont pas lus, ce n’est pas que tes spectacles ne sont pas intéressants. Tu ne sais peut-être pas mettre en avant la singularité de ta compagnie et générer la curiosité de tes lecteurs. Dans cette interview Grégory Lagrange et moi-même abordons les principes fondamentaux à comprendre pour augmenter le taux d’ouverture de ses mails d’invitation.

Tu détestes le mot marketing, vendre et produits ?

Gregory Lagrange est un consultant en marketing et un des 10 meilleurs copywritters français qui travaille auprès de grosses entreprises pour les aider à vendre. Tu verras que dans le spectacle, c’est presque la même chose…. J’ai dit presque !

Utilise tes compétences artistiques dans ta communication

La création artistique ne s’arrête pas à la création de tes spectacles et doit s’étendre jusque dans tes e-mails et tes dossiers artistiques. C’est en cela qu’un diffuseur est aussi un manager de compétences artistiques.

Les liens dont nous parlons dans ce podcast

Podcast du spectacle : Comment se différencier dans le spectacle vivant ?

Tout d’abord, salut Greg , ça me fait vraiment plaisir de t'avoir parce que je suis très régulièrement tous les mails que tu envoies ainsi que tes formations depuis un bon petit bout de temps maintenant .

Ben c'est gentil ça me fait plaisir

L’objectif de mon invitation était justement de discuter avec toi de ton parcours et aussi d’obtenir des conseils éclairés dans le domaine de la communication des compagnies. Histoire que je ne le fasse pas à ta place, pourrais-tu rapidement te présenter et faire l’historique de ton parcours ?

Je vais la faire « short » : C'est vrai que je suis spécialisé depuis un paquet d'années maintenant sur tout ce qui est accompagnement d’entrepreneurs sur internet, du web marketing et copywritting que les gens qui écoutent connaissent peut-être…
C'est en fait un mélange de créativité et de persuasion pour convaincre les gens soit d'acheter, soit de s'inscrire à une mailing list et d'aller plus loin avec nous quelle que soit l'étape suivante qu'on leur propose dans leur intérêt bien sûr ! Donc je fais ça depuis les années…
C'est vrai que je bossais dans l'événementiel quand je vivais à Amsterdam et que je faisais de la musique.
C’est comme ça que me suis intéressé au marketing, à force de chercher à promouvoir ma musique à avoir des dates pour jouer « live ». Je bossais aussi pour une émission de radio anglophone à Amsterdam dans le but d’avoir un maximum d'audience et c’est après que j'ai monté une société dans l'événementiel.
Donc j'ai commencé comme beaucoup de monde avec les trucs classiques comme le street marketing à la papa au kilomètre des posters, des flyers, à essayer de convaincre les programmateurs de me laisser utiliser leur salle pour monter des soirées et amener un maximum de monde avec les techniques que tout le monde utilise.
Et puis, à un moment, tu décides de faire un peu plus original !
Il y a peut-être moyen d’utiliser le web : à l'époque, c’était Myspace… c'était pas mal….Il n’y avait pas encore Facebook au début, le but, c’était de convaincre les gens, de pouvoir remplir leurs salles et faire en sorte que les gens voient autre chose que ce qu'ils voient tout le temps….
 Globalement, si tu veux te faire connaître, il y a deux grandes options : soit tu fais pareil que tout le monde, soit tu fais autre chose

C'est ce qu'on appelle la différenciation ?

Oui, finalement, quand tu veux chercher à faire quelque chose comme monter une société , organiser des concerts ou des événements tu peux proposer un concept différent qui te fasse sortir du lot, te faire remarquer !
C’est là que c'est délicat dans le spectacle vivant ! On a tous une grosse tendance en créant nos spectacles de le faire avec, nos tripes, notre sensibilité artistique et non pas avec l’envie associée de toucher un public spécifique. C'est seulement dans un deuxième temps qu’on va se poser la question : quel public mon spectacle va-t-il le plus intéresser et qui faut-il que je contacte ?

J’ai le sentiment quand j'accompagne des compagnies, que ce deuxième point là n’est pas ou très peu réfléchi . On va communiquer les festivals ou on va communiquer des offices du tourisme.  En fait, quand on crée un dossier artistique on communique le même à tout le monde et on parle uniquement de notre spectacle et de sa sensibilité artistique.

Bon, finalement, d’une part (c’est pas sexy mais c’est comme en marketing), quand tu fais du spectacle vivant tu as un truc à promouvoir et tu dois savoir à qui il s’adresse et quel est ton « client idéal ». Ce peut être le public, la radio ou le magazine qui va en parler et qui va bien le mettre en avant… Ce peut être aussi les personnes que tu vas faire venir car tu penses que ça peut les interesser…
D’autre part, les gens qui montent des spectacles ( tu vas me dire si je me trompe), sont plus des artistes que des businessmen, ils ont ce côté créatif qui va leur permettre de créer un spectacle original et quand il est prêt c’est comme si le job de créativité s'arrêtait là et là, on se dit : OK, il faut que je fasse le truc chiant, il faut que je fasse la promotion, que j'arrive à me faire connaître, que je trouve des sponsors éventuellement…… Bref, il faut que j’amène du monde !
Alors que le mieux ( je pense), surtout quand on est artiste, c’est de trouver des moyens créatifs pour que, finalement ça te donne envie d’envoyer une maquette ou un dossier original pour montrer ton événement !
Continuer à être créatif aussi sur la partie qui paraît chiante te permettra en plus de ne pas t’ennuyer et d'arriver à faire ce truc en question.
 Trouver des angles, des trucs décalés vont te permettre d’accrocher l’attention des personnes que tu veux convaincre ( quelqu'un qui doit venir à la soirée ou quelqu'un qui va la financer etc…. ).

Bon, là, je suis complètement d'accord avec toi : souvent, un diffuseur de spectacles, c'est un peu un artiste, car pour bien vendre un spectacle, il faut être capable d'en extraire le côté artistique.

Il faut aussi utiliser les compétences artistiques de son équipe pour arriver à mettre en place sa communication.

C'est essentiel d'ailleurs ! Quand on a bien travaillé le positionnement de son spectacle, quand on sait bien comment on va le communiquer, les artistes deviennent complètement impliqués dans cette démarche de communication.

Cela devient un processus artistique en lui-même

Oui, c’est du marketing que de promouvoir un spectacle.
Le truc à ne pas faire c’est faire la même chose que tout le monde. Le truc, c'est bien connaître ton « marché » (même si le mot peut être choquant dans le domaine artistique). L'idée, c'est donc de vraiment se mettre dans la peau des gens.

C'est là que ce n'est pas évident ! Je comparerais ça au processus de création d'un spectacle par des petites compagnies qui n’ont pas forcément de metteur en scène et qui,  au bout d'un moment vont faire appel au regard extérieur des potes ou d'autres artistes qui auront des avis différents comme les programmateurs aussi, auront des besoins différents !

Par exemple, un programmateur de l'office du tourisme va avoir des envies différentes de celui d'un théâtre :

L’un va chercher du « tout public » autour de nombreuses thématiques comme la semaine sur l’environnement ou autres, tandis qu’un programmateur pour un théâtre va plus rechercher les compétences et la sensibilité artistique.

En fait, les choses à mettre en avant seront différentes !

Complètement d'accord, et on en revient toujours à la même chose : savoir à qui on s'adresse, ce qu'il recherche, ce qui l’intéresse et aussi ce qu'il en a marre de voir !
Finalement, le meilleur moyen c’est de leur demander !... Pas forcément de façon directe, parce que généralement les gens ont du mal à l’exprimer mais tendre l’oreille aux réactions de ton public à la fin du spectacle, ce qu’ils ont aimé ou pas: c’est hyper important !
Il y a un petit conseil que je donnerais : baladez-vous, (sans forcément dire que vous êtes diffuseur du spectacle), allez au bar du coin écouter ce qu’il s’y dit !
Toujours incognito, pointez-vous dans les offices de tourisme et posez des questions du genre :
-« Que diffusez-vous la semaine prochaine ? »
-« Que prévoyez-vous dans les semaines qui viennent ? »
-« Qu'est ce qui marche bien chez vous ? »
Quand tu poses des questions comme ça à un programmateur de théâtre ou de concert, fais-le de façon à obtenir des infos globales et après, éventuellement, tu peux dire : « Ah ! Ca tombe bien, peut-être que ça va t'intéresser ce que je fais, je peux t'envoyer une maquette etc… »
C'est comme ça que tu auras de vraies réponses : passer momentanément en mode espion pour avoir de vrais feedbacks.
Après, forcément on n'a peut-être pas envie de parler à tout le monde, on n'a peut-être pas envie de présenter son spectacle à tous les offices de tourisme, d'aller voir un théâtre expérimental etc…
D'où l'intérêt de se spécialiser, ce qui permet de gagner un temps fou parce que plus ça ira, plus tu connaîtras ton public idéal et les personnes avec qui tu peux bosser de façon idéale.
Tu vas pouvoir ensuite vraiment faire des choses sur mesure pour ce public et les convaincre que ton spectacle est fait juste pour eux.
En connaissant bien ton « marché » comme on dit, il faudra arriver à le toucher aussi sur internet !
Misons donc sur un même produit qui s'adressera à différentes cibles en changeant simplement quelques petites choses, par exemple faire deux versions d'une page de vente.
Ton site devra véhiculer tout ça.
Tu pourras aussi faire une page que tu ne vas pas forcément mettre en avant, destinée à des programmateurs ou d'éventuels sponsors.

Quand tu parles de pages de page de vente (landing page),tu parles de pages cachées sur un site internet et qui présentent un spectacle ou un produit. Généralement, c'est pour un produit, mais on peut le faire pour des spectacles directement dans le cadre d'une campagne, par exemple au moyen d’une mailing list.
Allez, on va revenir encore à nos offices du tourisme ! Eh bien, on va travailler sur les autorisations et on va créer une page spécifique qui va présenter le spectacle pour les offices du tourisme !
A l'intérieur de cette page-là, il y aura des liens vers la page de présentation du spectacle et ça c'est un petit quelque chose qu’on peut facilement mettre en place !

On en revient donc à la première étape : c'est le copywriting pour arriver à créer des mails qui vont accrocher les programmateurs !

Donc, toujours les même conseils :
Savoir ce qu’ils ont l’habitude de voir et ce qu’ils ont marre de voir. Utiliser sa créativité pour susciter leur attention dès le titre de ton mail. Qu'est-ce que tu peux faire pour susciter l’attention de la programmatrice d’un office de tourisme qui reçoit des dizaines de mail par jour ? Pour qu'elle ait envie de cliquer tout de suite sur ton mail ? Comment peux-tu la surprendre ?

Oui, les maîtres –mots sont le besoin et la curiosité.
Quel est le besoin de la personne et qu'est ce qui va générer une envie irrésistible de cliquer sur ton lien ?
Le titre idéal doit vraiment montrer que ce mail est vraiment pour moi parce que ça concerne mon activité (le besoin) et aussi avoir ce petit élément qui donne envie de savoir ce qui se cache derrière (la curiosité). Le trouver est un travail d’équipe !
Les comédiens qui travaillent dans le spectacle en lui-même, ont vachement d'idées « d'accroches » et je pense que c'est un travail qui peut se faire avec eux, en groupe, chacun lançant une idée….

Moi, je ferais un petit peu différemment…. Je ferais effectivement appel au cerveau de chacun mais individuellement : chacun note ses idées avec un papier et un crayon. Il y a moins de risques de s’influencer mutuellement et plus de diversité au final….Après on discute !
Ou alors, tu le fais en dix minutes avec un timer, et on voit ce qu’il en ressort sans éliminer surtout les idées les plus farfelues ! Elles peuvent être les meilleures parfois !

libero. dolor. odio elit. ipsum nec ut tempus felis nunc at ut
Monsieur-M

GRATUIT
VOIR